“Le Livre de l’amertume et de la poésie”

“Entre un passé aux échos persistants et un avenir fondamentalement inaccessible et incertain, Amray s’obstine à poursuivre sa quête. Aux plaies béantes de l’histoire de l’Algérie, le récit superpose le destin de Saint-Augustin, mort pendant le siège de sa ville par les Vandales, ou encore l’héritage de l’Emir Abd el-Kader, dissolu par les « partisans de l’amnésie et de la relégation »”.

Lire la critique de Khalid Lyamlahy parue dans Zone Critique.

Follow by Email
LinkedIn
Share